fbpx Interviews : ils ont vécu les EG (la suite) | Les Guides
Interviews : ils ont vécu les EG (la suite)

Interviews : ils ont vécu les EG (la suite)

Dans le Oh My Guides du mois d'aout 2015, tu peux découvrir les interviews de plusieurs membres qui ont participé aux EG. La suite des interviews se trouve ci-dessous.

Quel a été ton rôle durant la journée ?

Florent (cadre de Formation) : J’étais facilitateur et informateur pour les débats sur la méthode Aventure.
N.B. : le rôle d’informateur permettait de répondre à des questions que les personnes qui débattent se posent pour faire avancer la réflexion.

Laurent (cadre de Formation et de Région BNO) : Je faisais partie de l’équipe logistique : je gérais l’informatique, Internet et la centralisation des documents rédigés pendant les débats.

Corentin (cadre de Région BW) : J’accueillais les groupes, je vérifiais leurs inscriptions, leur donnais leur kit de bienvenue et les guidais dans leurs ateliers. C’était un poste très riche : il m’a permis de rencontrer plein d’animateurs et membres des staffs d’Unité, tous très motivés par cette journée.

Catherine (adjointe d’Unité 90e BE) : J’y étais présente en tant que membre d’un staff d’Unité.

Marie-Camille (animatrice Nuton 1re LO) : Je suis venue m’informer sur le Mouvement dans lequel je suis.

Qu’est-ce qui t’as amené à participer aux EG ? Quel a été l’argument décisif ?

Florent : Comme je suis cadre de formation, on ne m’a pas vraiment laissé le choix. Je n’étais pas très motivé de me lever un dimanche.

Laurent : Plusieurs points, le premier étant la possibilité de revoir les animateurs de mes Unités ou certains que j’ai eu l’occasion de former. Le deuxième et sans doute le plus évident, est le fait qu’on m’a demandé d’y participer. En tant que cadre, je ne pouvais pas refuser. Le troisième et celui qui a été décisionnel, les EG sont un moment important de notre Mouvement : les animateurs et chefs d’Unités décident un certain nombre de choses. Il me semble donc important que tous les cadres du Mouvement vivent cette journée pour savoir ce que les Unités attendent d’eux.

Corentin : Étant cadre dans la Fédération et ayant connu les États Généraux précédents, Santiano, je ne pouvais manquer cette journée où la démocratie fut le maitre mot. Quel bonheur de voir les animateurs, le terrain, débattrent sur des sujets clés, sur les fondements de notre Mouvement. Et puis, en tant que représentant dans le Mouvement, il m’était impossible d’imaginer que je ne sois pas présent. On demande au terrain de se mobiliser, alors, il faut montrer l’exemple. Soyons cohérents.

Catherine : Nous essayons qu’au moins un membre de notre staff d’U soit présent à un maximum d’évènements organisés par les GCB, que ce soit au niveau fédéral ou régional. D’abord par intérêt et curiosité (fonctionnement du Mouvement), ensuite parce que si on veut avoir son mot à dire, il faut s’impliquer !

Marie-Camille : Je trouve important d’être informée sur l’ensemble du Mouvement et pas seulement sur mon Unité. De plus, chacun peut apporter ses idées pour que le Mouvement ressemble encore plus à chacun. J’étais libre ce jour-là et il y avait pleins de trucs à apprendre !

Qu’as-tu pensé de la journée ?

Florent : La journée était très très bien organisée, sauf la plénière.

Laurent : J’ai passé une très chouette et enrichissante journée tout en ayant du temps pour discuter.

Corentin : J’ai trouvé cette journée bien pensée et tout était prévu pour qu’on soit bien accueilli. Merci à l’équipe organisatrice. De plus, je trouvais que les stands durant midi étaient intéressants pour les animateurs ; diversifiés et pratiques. Néanmoins, je regrette le très faible taux de participation de nos membres et le déroulement de la plénière.

Catherine : Une fois de plus, je dis BRAVO pour l’organisation : que ce soit la promo, l’accueil, le matériel logistique, la déco ou encore toutes les gourmandises préparées et servies.

Marie-Camille : Très chouette, on a parlé de pleins de trucs sur pas mal de sujets hyper intéressants, on a méga bien mangé et on a pu s’en mettre plein la panse !

Quel était TON moment fort ?

Laurent : Si je devais en ressortir un moment fort, ce serait le diner qui pour moi était un espace de débat « libre » (non guidé par un atelier). C’est aussi durant ce moment qu’il y’avait possibilité de rencontrer tout le monde.

Corentin : Ma photo avec le Coucou du Centenaire ;-). Et plus sérieusement, je trouve que voir les animateurs en plénière en train de voter est un moment impressionnant.

Catherine : Ce fut surtout l’occasion de rencontrer et discuter avec d’autres membres du Mouvement, que ce soit avec des animateurs, des staffs d’Unité, des cadres ou des membres du Carrick. J’ai même été étonnée par certains points de vue, qu’il est donc intéressant d’écouter pour remarquer que les GCB comprennent de nombreuses Unités et groupes, qui vivent des réalités parfois très différentes les unes des autres.

Florent : La découverte des motions proposées par les différents groupes. Les informateurs ne connaissaient pas leur matière, ne savaient pas ce qui existait et donc on a perdu notre temps sur des motions qui existaient déjà. J’en suis même venu à me demander si les informateurs avaient été informés eux-mêmes de la matière, au-delà d’être informés sur la forme (la manière d’informer).

Marie-Camille : L’ensemble ! Chaque partie de la journée était un moment accueillant, chaleureux, intéressant et utile pour nous et notre animation.

Si tu as participé à un débat, comment l’as-tu trouvé ?

Florent : J’ai participé deux fois au même débat. Les deux publics étaient complètement différents. Le premier groupe ne connaissait pas du tout la méthode et était plus en recherche d’infos sur la péda Aventure, plutôt que comment l’appliquer. Le débat du coup, n’était pas très productif : ils ne savaient pas de quoi ils parlaient. Dans le second groupe, une grosse majorité la connaissait déjà et était donc plus productif sur le sujet « comment améliorer la méthode ». Le débat était plus intéressant.

Catherine : J’ai participé à deux débats. Le premier m’a particulièrement plu, le second moins. Pourtant, les deux thèmes m’intéressaient. Dans le premier, une technique (chapeaux) a été utilisée pour mener le débat afin que chacun puisse s’exprimer, et que l’ensemble soit cohérent et constructif. Dans le second, j’ai regretté que le débat n’ait pas été adapté en fonction des participants présents et qu’une personne se soit accaparé le débat…

Marie-Camille : Les débats étaient très intéressants, surtout celui qui parlait de la mixité au niveau du Mouvement. En effet, chacun avait un avis bien tranché. Malheureusement, certains restaient beaucoup trop sur leur position. D’après moi, il est important de laisser le choix à chaque Unité à ce niveau-là. En effet, mon Unité a beau être composée de filles, nous avons aussi des chefs et des intendants masculins. Ça ne pose aucun problème ! Justement, ça rajoute quelque chose à notre animation.

Les États Généraux sont un processus qui a des effets sur le long terme. Mais as-tu appris des choses qui t’aident, des astuces que tu réinjectes déjà dans ton animation ?

Florent : Ça m’a permis de comprendre ce que les animateurs recherchent et comment, en formation. On peut déjà réagir en mettant le focus sur certaines choses ou en améliorant certains outils. Parallèlement, je travaillais sur la révision de la pédagogie Aventure et j’ai été content de constater que notre groupe de travail était dans le bon, par rapport au retour des animateurs aux EG.

Laurent : En tant que cadre, j’ai pu constater ce que les Unités attendent « de la Fédération » et progresser dans ce sens.

Catherine : Oui, je pense notamment à une manière de gérer les comptes, expliquée par un autre chef d’Unité et qui va peut-être être mise en place chez nous.

Marie-Camille : J’ai appris que les polos Nutons ne sont pas de la bonne couleur. Je comprends tout à fait l’origine maintenant, un polo orange nous aurait permis de mieux repérer nos animés ! Plus sérieusement, les EG m’ont apporté beaucoup de choses car ça nous permet de nous remettre en question grâce aux choses que l’on apprend et des échanges avec les autres personnes qui sont aussi en animation.

Quelle est pour toi la priorité pour les années à venir ? Dans l’évolution de ton Mouvement.

Florent : Pour moi, c’est la formation de nouveaux formateurs : il faudrait arriver à donner beaucoup plus de formations en même temps. Ça demandera de décentraliser Mozet. Ça permettra de répondre à une des motions qui demandait d’avoir des formations un peu partout en Belgique.

Laurent : Personnellement, la priorité sera d’essayer de respecter au plus les décisions des Unités tout en étant en phase avec le programme de la prochaine Présidente Fédérale.

Corentin : Je pense que la priorité est de bien définir notre identité. Nous sommes chez les Guides et nous sommes fiers d’être chez les GCB.

Catherine : En tant que membre d’une Unité sœur, j’espère qu’il y aura des améliorations au niveau du rapprochement (en tous cas administratif) avec Les Scouts.

Marie-Camille : D’après moi, le Mouvement est sur la bonne voie ! Maintenant, je n’ai que la vision d’un animateur donc on n’a pas toutes les informations pour être au courant de tout. Le Mouvement doit continuer son ouverture d’esprit car le monde dans lequel nous vivons ne cesse de changer et le Mouvement doit continuer à s’adapter à cette réalité. Les valeurs principales sont restées (enfin, de ce que je connais, je n’étais pas là quand ils les ont choisies) et le Mouvement s’est mis en marge pour correspondre aux plus de personnes possible.

Il y a eu peu de mobilisation cette année. Que souhaiterais-tu dire à ceux qui ne sont pas venus ?

Florent : Que te faudrait-il pour que tu te mobilises la prochaine fois ? D’ailleurs, dis-le à omg@guides.be !

Laurent : Dommage qu’ils n’aient pas pu/su venir afin de donner leur voix dans l’évolution du Mouvement.

Corentin : Cher terrain, vous vous plaignez très souvent de ne pas pouvoir vous exprimer sur votre Mouvement… vous avez une journée tous les 4 ans qui vous est réservée pour débattre et donner des impulsions au Mouvement. Vous avez manqué un grand moment de démocratie et un moment pour vous faire entendre. Alors, je vous donne rendez-vous dans 4 ans pour nos prochains États Généraux. Mobilisez-vous et faites des GCB, VOTRE Mouvement ;-). Au plaisir !

Catherine : Chez nous, pour de nombreux animateurs, le guidisme est une activité parmi d’autres. Or, on demande à nos animateurs d’être présents lors des réunions avec leurs animés (et de préparer celles-ci), de faire leurs formations, d’être présents aux CU, UniFor et autres évènement organisés par l’Unité, la commune ou asbl partenaires… Vu leur agenda déjà bien chargé, je ne pense pas qu’il soit important d’insister sur leur présence à ce genre d’évènement. Par contre, il pourrait peut-être être utile de réfléchir à une autre manière de leur demander leur avis (par exemple via Internet ou une demi-réunion par Région ?).

Marie-Camille : Qu’ils ont raté de la super nourriture ! Les EG permettent de mieux comprendre le Mouvement qui nous entoure. Nous sommes animateurs, nous connaissons notre Unité, nos chefs, nos animés et nous avons tous des choses à apporter. C’est pour ça que les EG sont intéressants, nous ne restons pas dans notre petite bulle d’Unité, nous prenons aussi tous ce que les GCB peuvent nous apporter.