Covid-19 : Un an après, l'heure du bilan

Un an. Un an que nos vies ont basculé. Un an, une parenthèse dans nos vies qui définit un « avant » et un « après » covid-19. Un an que nous faisons tous de notre mieux pour adapter notre quotidien. Activités extrascolaires, soirées entre amis, repas en famille, études, télétravail, vacances… rien n’a été épargné. Voilà un an que nous, bénévoles et permanents du Carrick mettons tout en œuvre pour que cette situation impacte nos activités au minimum. Un an plus tard, c’est l’heure de tirer les leçons, de prendre un peu de recul et de faire le bilan.

C’est notre cheval de bataille ! Faire en sorte de diffuser l’information le plus rapidement, le plus clairement et le plus efficacement possible. Concrètement…

Première étape : la réception de la circulaire et la vérification des informations.

Deuxième étape : des heures durant, nous retravaillons les circulaires envoyées par les autorités pour en faire un protocole qui colle à ta réalité de terrain.

Troisième étape : remise au propre, relecture 1, modification, relecture 2, modification, relecture 3, modification, validation, mise en page sur nos canaux de communication, relecture, modification, diffusion.

Bref, lors de la réception d’une circulaire, c’est le branle-bas de combat. Immédiatement, nous mettons les mains dans le cambouis et nous nous rendons compte de l’ampleur du chantier. Recevoir une circulaire, c’est donc beaucoup de boulot pour te simplifier la vie.

Tout ce travail se fait grâce à la collaboration de toutes les équipes : Équipe Fédérale, Cellule Coronavirus, permanents du Carrick, les partenaires du secteur jeunesse dont les autres mouvements de jeunesse… C’est la raison pour laquelle nous communiquons souvent « on a eu l’info, on revient vers vous ! ». Parce que traiter l’information prend du temps et que nous voulons être le plus complet possible en évitant, après diffusion, des mises à jour incessantes. À cela s’ajoute un travail de clarification auprès des pouvoirs publics des passages des circulaires qui ne nous paraissent pas clairs.

Bref, avec une communication à deux vitesses, il y a clairement des avantages et des inconvénients.

Les +

  • Volonté de communiquer au plus vite et au plus large.
  • Des protocoles adaptés et compréhensibles pour les mouvements de jeunesse.

Les –

  • Une information définitive ou adaptée qui peut un peu tarder.
  • Peut-être pas assez de contexte sur le pourquoi du comment des mesures.
  • Des canaux de communication pas toujours adaptés.

Notre équipe Relex a, entre autres, la mission de relayer et de défendre les positions et les besoins des Guides auprès des partenaires externes, dont les pouvoirs publics. À plusieurs reprises, nous avons tapé du poing sur la table de nos différents ministres pour faire entendre nos voix et nos attentes afin que les décisions prises soient le plus en phase possible avec les mouvements de jeunesse. Un travail de titan, indispensable, qui nécessite beaucoup de sang-froid, de flexibilité, de capacité de réaction et de diplomatie, notamment à la vue des enjeux.

Une des particularités du contexte du travail de l'équipe Relex, c’est que cela se passe souvent dans l’ombre. Avec la collaboration des autres mouvements de jeunesse, nous essayons de nous faire entendre en tant qu’experts de la jeunesse et de faire comprendre nos réalités.

Les +

  • La collaboration avec les autres mouvements de jeunesse.
  •  Les Guides font partie intégrante des discussions auprès des autorités. 
  • Les Guides tiennent compte de toutes les interpellations des membres dans son travail de Relex.

Les –

  • Pas toujours facile de faire entendre (ou accepter) nos positions spécifiques.
  • Un travail avec des mesures qui arrivent en dernière minute.
  • Le travail de Relex n’est pas très visible auprès de nos membres.

C’est la première décision qui a été prise pour faire face à l’afflux de questions : créer une cellule qui centralise toutes vos demandes. Disponible via coronavirus@guides.be 24h/24 et 7 jours sur 7, cette cellule est un élément principal de la gestion la crise sanitaire chez les Guides.

Grâce au travail acharné de Fred (mille mercis !), toutes vos questions, réflexions et inquiétudes sont traitées dans les plus brefs délais et avec une expertise extraordinaire sur le sujet.

La Cellule Coronavirus, c’est plus de 2 000 mails, c’est autant de réponses et d’échanges. Aucune demande n’est restée sans réponse.

Les +

  • Une disponibilité à toute épreuve.
  • Un soutien personnalisé pour les situations spécifiques.
  • Toutes les demandes sont traitées de façon individualisée.
  • La possibilité d’adapter notre communication en fonction des demandes.

Les –

  • Les informations reçues des autorités sont parfois floues, ce qui entraine que nos communications ne sont pas toujours assez claires.
  • Un travail qui demande beaucoup d’énergie.

La Cellule Coronavirus est complétée par un organisme interne : le CoronAgile.

Ces deux organes se réunissent une fois par semaine et définissent les grandes lignes à suivre pour les jours à venir. Ces équipes se penchent sur les difficultés que les mesures amènent et tentent de trouver le moyen le plus adéquat pour soutenir les Unités et leurs membres. C'est ainsi que sont créés, selon les retours et les problèmes rencontrés, les articles « ressources et inspirations » présents sur notre site internet.

Ou c’est lors de ces réunions qu’il est décidé de communiquer sur tel ou tel sujet, de contacter le Cabinet de la Ministre, de faire le point sur la reprise des activités, d’adapter certains projets ou évènements…

Et puis, c’est ici que l’on se pose les questions de « comment allons-nous faire ? » face à de nouvelles mesures. « Quelles décisions prenons-nous » et « comment communiquons-nous » autour de cela.

Malheureusement, cette crise implique que nous n’avons pas toujours toutes les cartes entre nos mains. Malgré cela, nous devons avancer, trancher, choisir, décider. Une manière de fonctionner qui n’est pas dans nos habitudes, mais qui permet d’offrir des perspectives.

C’est ainsi que décider l’avenir des camps à l’étranger s’avère très complexe tant il dépend des décisions gouvernementales. Il en va de même pour les Formations : former à distance est une tâche qui nécessite une grande réflexion et beaucoup de préparation, et il faut qu’elles puissent continuer à être reconnues par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Et puis, vient la question des camps d’été… Qu’en sera-t-il ? Comment s’organiseront ils ? Avec quelles mesures ? Toutes ces questions sont toujours en suspens. Mais nous serons au taquet pour te fournir tout ce dont tu pourrais avoir besoin : outils pédagogiques, lettres types pour les parents, procédure de gestion de cas, idées d’activités…

D’ailleurs, envoie-nous tes besoins via info@guides.be et tes questions concernant les procédures et la gestion de cas via coronavirus@guides.be.

Pour offrir une animation de qualité sur le terrain, les Formations d’Animateurs sont une aide indispensable. Malheureusement, elles n’ont pas été épargnées par le covid-19. Là aussi, les Cadres de Formation ont fait preuve de flexibilité, de réactivité et d’adaptation. Ils ont surtout relevé un défi de taille : celui de former à distance et en virtuel alors que la présence physique des participants est l’essence même de la philosophie des Formations. Chapeau bas !

Concrètement, une Carte Technique Covid a vu le jour. Son objectif est d’outiller les Animateurs dans leur rôle en période de covid-19. D’autres Cartes Techniques ont aussi été adaptées au virtuel (la Carte Technique Jeu, par exemple) et la ForFor (Formation des nouveaux Cadres de Formation) également. Au moment où nous écrivons ces lignes, les Cadres de Formation réfléchissent à une réorganisation des Formations pour pouvoir former un maximum d’Animateurs cet été.

 

Un an après, l’heure du bilan

Tu l’as compris, depuis un an, notre organisation a changé. Notre manière de t’accompagner, d’être un soutien pour toi aussi. Nous essayons de réunir toutes nos forces pour que tu puisses être informé au plus vite, pour que ces mesures impactent le moins possible ton animation et pour que tu puisses continuer à suivre ta priorité : offrir une animation de qualité.

Nous avons beaucoup parlé de nous, le « Mouvement », mais sache que notre priorité, c’est TOI, en tant qu’Animateur, Cadre ou membre d’un Staff d’Unité.

 

Covid-19 : Un an après, l'heure du bilan